Théâtre


Jean-Marie Piemme

Serpents à sornettes

Dans le cadre des théâtrales Charles Dullin, édition 2012

le 29 novembre 2012

détail des dates

Grand Théâtre

Durée : 1h40

Tarif ATout public
plein tarif : 18,50 €
tarif réduit : 16 €
Jeunes (- de 25 ans) : 10€
Abonné : 11,20 à 15,20 €

Création

À propos du spectacle Distribution

Une comédie autour de « Marché de la foi et foi du marché ».
Un tailleur vient demander le règlement de sa facture à l’intendant de Dieu, après la confection d’un costume que le Maître du Ciel en personne a commandé pour faire bonne figure dans un congrès des monothéismes à Jérusalem. L’administrateur financier n’est pas au courant, et cette facture tombe mal. Comme bien des entreprises, la grande firme céleste connaît des difficultés pécuniaires : la clientèle déserte les lieux de culte et les dons se font de plus en plus rares et modestes. Mais entre gens de bonne compagnie, il est toujours possible de s’arranger avec dessous de table, avantages en nature et paiements au noir. Et cela tombe bien, car l’artisan a une fille insupportable qui se saoule régulièrement et ne jure que par Kurt Cobain. Se plaignant du difficile métier de père aujourd’hui, il se voit proposer pour elle, par l’intendant qui est aussi DRH, un petit job d’assistante personnelle préposée aux boissons, et qui de toutes les façons dépannera tout ce beau monde au cours du voyage. Mais cela ne compense pas encore tout à fait le prix de l’habit fait sur mesure.
La mère du tailleur, une sainte femme à grande gueule, aspire à se faire canoniser de son vivant. La firme céleste peut bien accepter encore ce petit effort pour renvoyer complètement l’ascenseur. De modestes cadeaux en petits accommodements, chacun y trouvant son compte, les voilà tous embarqués, tous frais payés par les contribuables de la foi, dans un périple vers la ville sainte.

Dans une langue tonique et joyeuse, Serpent à sornettes est le troisième opus de la vis comica de Jean-Marie Piemme, après Toréadors et Dialogue d’un chien avec son maître sur la nécessité de mordre ses amis, présenté au cdbm en novembre 2010. Même goût du paradoxe, même férocité opportune,même joie d’un théâtre pugnace, même irrévérence,même espièglerie salvatrice devant « la part de bêtise que les actes d’allégeance exigent de nous » ainsi que l’écrit l’auteur.

Mise en scène Philippe Sireuil
Assistanat à la mise en scène Christelle Alexandre
Décor Vincent Lemaire
Lumière Philippe Sireuil
Costumes Catherine Somers
Avec Edwige Baily,Yoann Blanc, Anne Sylvain, Alexandre Trocki

Production :Théâtre de Namur, Compagnie des Petites Heures, La Servante
Créé le 5 novembre 2012 au Théâtre Royal de Namur (Belgique)

Dates des représentations

  • jeudi 29 novembre 2012

    20h30

scène publique conventionnée

 

2, rue de la Prairie

94170 Le Perreux-sur-Marne

www.cdbm.org

 

CdbM, un équipement de la ville du Perreux-sur-Marne