Musique


Bruno Angelini / Sylvain Luc

Jazz à l’auditorium

Bruno Angelini - Piano Solo / Sylvain Luc - guitare

acheter en ligne

le 26 novembre 2019

détail des dates

Auditorium62, avenue Georges Clemenceau
94170 Le Perreux-sur-Marne

Durée : 2h

Tarif ATout public
plein tarif : 18,50 €
tarif réduit : 16 €
Jeunes (- de 25 ans) : 10€
Abonné : 11,20 à 15,20 €

Dans la presse

20h30 Bruno Angelini – Piano Solo
Cela faisait longtemps que j’avais envie de travailler à partir de la matière visuelle et sonore des films de Sergio Leone, mais aussi de la description psychologique des personnages et de leurs rapports sociaux, développée dans son cinéma. Enfant déjà, j’avais été saisi de manière instinctive et émotionnelle par la combinaison parfaite de l’art si personnel, documenté, sombre et novateur du réalisateur avec la musique céleste, originale et décalée du maestro Ennio Morricone. Depuis, l’univers singulier de cet artiste n’a cessé d’occuper mon imaginaire créatif. Une fascination pour cette rencontre inégalée entre le cinéma et la musique, pour ce regard acéré sur l’âme humaine, confortée par ma réflexion d’adulte.
Bruno Angelini

21h40 Sylvain Luc – Guitare
C’est l’histoire d’un homme amoureux d’une guitare. Il fait corps avec elle, en tire des sons, des frissons inouïs, à croire qu’ils inventent ensemble de nouvelles notes et frôlent l’accord parfait. Il est tombé dedans tout petit, à quatre ans, avant d’étudier le violon et le violoncelle pendant 10 ans au conservatoire de Bayonne. Et bien sûr la guitare classique, qu’il détourne, débauche vers le jazz, sa passion.
Les dernières créations de Sylvain Luc continuent à embrasser de vastes univers musicaux. Si son jeu est baigné de jazz, Sylvain Luc est certainement un vrai caméléon de la musique, à l’aise dans tous les styles musicaux et dans toutes les formes que la musique peut prendre. Si certains puristes reconnaissent en lui un très grand improvisateur capable de mettre à profit une technicité déconcertante, il peut se jouer des airs de l’enfance et faire des digressions sans toucher à l’âme même de la musique.

Bruno Angelini

Jazz Magazine : « Il faut chercher les clés d’écoute au-delà de la musique de Morricone, dans le souffle historique, la caractérisation des personnages ou la matière sonore inépuisable des films eux-mêmes. Ce disque pose mieux que d’autres la question des relations de la musique à un modèle, du point de vue de l’artiste comme celui de l’auditeur ».

Culture Jazz : « Sans savoir ce qui était à l’origine du disque, ce fut à la première écoute, un moment intense et rempli d’émotions ! Un décollage immédiat... Il était une fois la lévitation ! »

Citizen Jazz : « Leone Alone peut être vu comme une antithèse, une lecture opposée aux lieux communs concernant le cinéma du réalisateur italien. Tout ici n’est que délicatesse, gravité et retenue Non contentes de représenter un bel hommage aux lenteurs affectionnées par le réalisateur, ces plages magnifiques en révèlent l’indispensable féminité ».

© Alexandre Lacombe

acheter en ligne

Dates des représentations

  • mardi 26 novembre

    20h30

Répondeur programme 01 43 24 76 86

Renseignements 01 43 24 54 28

Fax 01 48 71 21 41

scène publique conventionnée

 

2, rue de la Prairie

94170 Le Perreux-sur-Marne

www.cdbm.org

 

CdbM, un équipement de la ville du Perreux-sur-Marne